Ngapali beach, Perle du Myanmar.

En venant en Myanmar je ne n’attendais pas à passer quatre jours de pure relaxation à la plage. Je ne suis vraiment pas une personne qui sait apprécier les vacances à rien faire à la mer. Le sable n’étant pas mon meilleur ami. Pourtant, j’ai passé quatre jours à ne rien faire, sans Internet et téléphone. Un bouquin, une chaise en Bamboo et une bouteille de crème solaire.
J’ai trouvé cette plage un peu par hasard en cherchant des itinéraires entre Yangon et  Mandalay. L’idée était aussi de se poser après le trip vietnamienne et de regarder les choses à ne pas manquer sur la route.
Son accès un peu compliqué limite l’affluence de touristes: un aéroport assez cher ou 12h de bus. Le bus coûte environ 22000 kyats pour le VIP. Il comprend des sièges un peu plus confort que le bus normal (qui coûte 18000 kyats) pour une route vraiment en sale état. Le bus vous déposes devant votre hôtel quelque soit l’heure (5-6h du matin dans notre cas, mais les hôtels sont au courant et ont souvent une solution).
Ngapali est la plage centrale d’un groupe de trois et celle qui aura été finalement la plus désagréable: trop d’hôtels, des déchets, trop de vendeurs qui viennent aborder. Les deux autres plages qui suivent sont elles plus belles, moins touristiques. Mais oublié Internet et les restaurants. C’est clairement ce que je préfère.

Où dormir à Ngapali?

Les logements sont relativement chers si vous comparez avec le reste de l’Asie: 77000 kyats pour deux personnes, deux nuits avec déjeuner. Avec un certain confort comme une douche privé avec de l’eau chaude. Le nom de l’hôtel était Golden Queen. Nous avons clairement apprécié d’avoir accès à la chambre dès le matin après le bus et d’avoir un petit déjeuner. Après deux jours nous avons quand-même bougés sur la plage plus reculé encore pour 19$ pour deux, deux nuits sans déjeuner et eau chaude. Confort très rudimentaire mais pour seulement dormir c’était parfait.

Que faire à Ngapali ?

Rien. Absolument rien. Juste balader sur la plage à compter les cocotiers. Se baigner dans une eau turquoise et aussi chaude que l’air extérieur.
Il y a en réalité quelques chose à voir comme le village de pêcheurs. A vélo il est à 25/30mn par la route. Il est assez impressionnant car les bateaux ramènent leurs cargaisons de poissons qu’ils font sécher à l’air libre. Ce poisson va ensuite alimenter les grandes villes. Il est aussi possible de prendre des scooters pour visiter le village à côté et une stupa, mais nous n’avons pas testé cette possibilité pour seulement profiter.
Ngapali est vraiment une belle zone, à venir visiter avant que les choses deviennent vraiment trop touristiques: les hôtels vont probablement venir investir ici d’ici peu de temps car cette plage est superbe. Un pêcheur nous à aussi raconter une autre triste réalité, celle poisson qui devient de plus en plus rare à cause d’une pêche trop intensive. Les fonds sont encore vivante et l’eau clair mais pour combien de temps ?
Ngapali est donc belle car encore plus ou moins protégé par son accès difficile. Je n’ai pas hâte de voir ce que cela va devenir, au même titre que Bali ou Goa des années auparavant. Mais contente d’avoir découvert ce petit coin de tranquillité.
Notre route se continuera donc vers le nord pour un retour à la civilisation et culture des temples. Direction: Mrauk U.


  • Hélas nous étions contraint par la durée du VISA, et l'on ne s'est pas risqués jusqu'à Ngapali. Une bonne raison de revenir dans ce magnifique pays, je l'ai beaucoup aimé. Belle journée !

  • Mon dieu c'est magnifique... ça me donne envie de rentrer un peu chez moi en Nouvelle-Calédonie, ça y ressemble beaucoup ! des bisous !

UA-114050924-1